Connect with us

armeesuisse

Faut-il sortir du rebut la centaine de vieux chars Léopard de l’armée suisse ?

Ils sont 96 à dormir paisiblement dans un hangar de Suisse orientale, mais ils pourraient peut-être être réveillés et remis en service dans un avenir proche : les vieux chars Léopard de l’armée mis au rebut à la fin de la Guerre froide sont-ils la solution pour remettre la défense suisse au goût du jour ?

Avec la guerre en Ukraine, les Etats européens commencent à réhausser les sommes accordées à leurs armées. C’est le cas de la Suisse, où le Conseil national a accepté la semaine dernière une motion demandant de faire passer le budget militaire de 5 à 7 milliards d’ici 2030.

Cette décision, que le Conseil des Etats devrait confirmer prochainement, a été prise par 111 voix contre 79, avec un traditionnel clivage entre la droite, qui était favorable, et la gauche, qui rejetait le texte.

Lors des débats au National, les orateurs ont pour beaucoup appuyé cette augmentation, estimant qu’il était important de moderniser rapidement une armée sous-dotée et trop longtemps délaissée à leurs yeux. D’autres ont dénoncé une militarisation coûteuse ou de nouveaux achats qui ne seront pas forcément utiles.

Un char légendaire dans les années 80

C’est dans ce contexte que les vénérables chars Léopard de l’armée sont revenus au centre de l’attention. Si le Conseil fédéral assure que la priorité demeure l’achat de nouveaux avions de combat, la conseillère fédérale en charge de la Défense Viola Amherd répète que l’acquisition de matériel d’armement pour les forces terrestres est aussi nécessaire et qu’il faudra également moderniser certains équipements existants.

La suite…. https://www.rts.ch/info/suisse/13097158-fautil-sortir-du-rebut-la-centaine-de-vieux-chars-leopard-de-larmee.html

Continue Reading

armeesuisse

Chef des espions suisses sur le gril – «J’ai même eu une réunion dans le bâtiment du KGB»

Le nouveau directeur du Service de renseignement de la Confédération, Christian Dussey, se confie à l’occasion de la publication du rapport sur la sécurité 2022.

Le SRC n’a pas vu venir l’invasion russe en Ukraine. C’est une faute, un manquement?

Il est faux d’affirmer que le SRC n’avait pas vu venir l’invasion russe en Ukraine. Dans les rapports qu’il a fournis au Conseil fédéral et aux décideurs politiques, le SRC a relevé dès mi-janvier 2022 la probabilité élevée d’une telle attaque dans une fenêtre temporelle d’environ un mois à compter de la fin des Jeux olympiques de Pékin, le 20 février 2022. Notre organisation de crise interne était opérationnelle dès fin janvier. Dans le Rapport sur la politique de sécurité 2021, il était déjà mentionné que la situation pouvait déboucher sur une guerre.

Mais alors pourquoi le gouvernement a été pris de court?

Si vous me permettez une analogie, à l’instar des services de prévisions météorologiques, les services de renseignement peuvent aujourd’hui prévoir qu’au mois d’août nous subirons une canicule avec de forts orages ponctuels, mais pas si le soir du 1er août les feux d’artifice seront perturbés par des orages. Par ailleurs, le SRC n’a jamais eu et n’aura jamais l’exclusivité des informations destinées au Conseil fédéral.

La suite…. https://www.tdg.ch/ledimanche.ch-822696451912

Continue Reading

armeesuisse

« La Sécurité de la Suisse 2022 » : rapport annuel du Service de renseignement de la Confédération

Conférence de presse annuelle du Service de renseignement de la Confédération (SRC), lors de laquelle sera présenté son rapport de situation « La Sécurité de la Suisse 2022 ». Lundi 27 juin 2022 à 10h00

Intervenant: M. Christian Dussey, directeur du SRC

Source : https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/manifestations.event-id-8205.html

Continue Reading

armeesuisse

Pour la majorité des Suisses, la sécurité passe avant la liberté

L’étude Sécurité 2022, de l’Académie militaire et du Center for Security Studies, montre qu’en janvier 2022 la population se sentait en sûreté et avait confiance dans les institutions.

En janvier 2022, soit avant le début de la guerre en Ukraine, 57% des Suisses estimaient que «la sécurité prime sur la liberté (+1 point pourcentage par rapport à 2018) et la portion des personnes qui pensaient le contraire avait enregistré une baisse significative (45%, –9 PP)». Tel est un des résultats de l’étude Sécurité 2022 de l’Académie militaire (ACAMIL) et le Center for Security Studies (CSS), rattachés tous deux à l’EPF de Zurich, annonce ce mardi le Groupement de la défense.

S’appuyant sur une enquête représentative, l’étude s’est également intéressée au degré de confiance que les Suisses accordent aux institutions.

La suite… https://www.20min.ch/fr/story/armeesuisse.ch-382778257900

Continue Reading

Trending