Connect with us

revue_de_presse

Revue de presse : Le changement climatique, l’achat des F-35A et de la guerre en Ukraine

Le changement climatique et ses conséquences font les titres de la presse dominicale. Il est également question de la réforme de l’achat des F-35A et de la guerre en Ukraine.

SonntagsZeitung: Plus de 400 millions de francs suisses sont perdus chaque année en Suisse en raison de la canicule et de la baisse de la productivité que celle-ci entraîne dans les entreprises, rapporte la SonntagsZeitung, qui se fait l’écho d’une étude de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), de l’Office fédéral de météorologie et de climatologie (MétéoSuisse) et d’autres institutions. La perte de productivité due à la chaleur est deux fois plus élevée que celle provoquée par la grippe saisonnière. Elle pourrait augmenter de 17% d’ici à 2050 avec le scénario climatique le plus favorable et de 58% avec le moins favorable. Le chef de la SRF Meteo évalue dans le journal à “très élevé” le fait que la Suisse connaisse cette année encore un été plus chaud que la normale. De nouveaux records de chaleur sont “très probables”, ajoute-t-il. “Il pourrait faire jusqu’à 40 degrés”, avertit-il.

NZZ am Sonntag/Le Matin Dimanche: Les procédures d’autorisation d’installation d’éoliennes en Suisse durent tellement longtemps que, parfois, les technologies utilisées, comme les turbines, sont devenues obsolètes et n’existent plus sur le marché au moment de l’autorisation, indique la NZZ am Sonntag. Un certain type d’installation est en général proposé par le fabricant pendant dix ans, explique dans le journal l’Office fédéral pour l’énergie. Entre le début du projet et le premier coup de pioche, il s’écoule jusqu’à vingt ans, soit plus que le cycle de vie des éoliennes. L’office préconise des procédures plus rapides. Une consultation lancée sur le sujet s’achève lundi. L’Union suisse des arts et métiers réclame une suspension du droit d’opposition pour les parcs éoliens et les grandes installations hydroélectriques.

Dans Le Matin Dimanche, la conseillère aux Etats Lisa Mazzone (Verts/GE) propose une table ronde pour trouver un accord sur le développement du solaire photovoltaïque hors zones à bâtir, réunissant les différents acteurs de la branche, soit les électriciens, les cantons et les organisations environnementales. “Leur tâche serait d’identifier les projets les plus prometteurs en matière de production électrique et qui portent le moins atteinte à la biodiversité, mais aussi de se mettre d’accord sur les améliorations du cadre légal nécessaires, explique la Genevoise. “Aujourd’hui, opposants et partisans se parlent par médias interposés et le cadre légal est dissuasif”, constate-t-elle. Or, d’ici à 2035, au moins 25 térawattheures (TWh) d’électricité devront être produits par le solaire, rappelle-t-elle. Les Verts ont déposé une interpellation allant en ce sens.

SonntagsBlick: La Suisse pourrait produire avec l’énergie solaire deux fois plus d’électricité qu’elle n’en a besoin grâce à des bâtiments à énergie positive, assure une étude de l’Agence Solaire Suisse, relayée par le SonntagsBlick. Si la moitié des bâtiments en Suisse étaient rénovés ou construits selon ce concept, ces constructions fourniraient 127 térawattheures (TWh). A titre de comparaison, la Suisse a consommé 60 TWh d’électricité en 2021. Si 80% des bâtiments étaient à énergie positive, la production électrique monterait à 435 TWh. Les besoins énergétiques totaux de la Suisse, avec le gaz et le pétrole, se montent à 220 TWh par an. Seuls 230 bâtiments à énergie positive existent actuellement en Suisse. Selon l’Agence Solaire Suisse, si la Confédération investissait 30,5 milliards de francs suisses au cours des quinze prochaines années, il en résulterait des recettes de 35 milliards de francs suisses. Il faut ajouter à cette somme des économies de 45 milliards de francs suisses grâce à la réduction des pertes d’énergie.

SonntagsZeitung: La facture des 36 avions de combat F-35A que la Suisse veut acheter pourrait augmenter d’un demi-milliard de francs suisses si la signature du contrat de vente est retardée, a calculé la SonntagsZeitung après avoir compulsé le dernier budget du Département américain de la défense. Le Pentagone prévoit 4,6 milliards de francs suisses pour l’achat cette année de 48 de ces appareils. En 2023, le coût d’acquisition de 33 F-35 est estimé à 3,9 milliards, ce qui correspond à une hausse de 25% du prix par unité. La Suisse, rappelle le journal, passe par l’Etat américain pour sa transaction, soit avec les mêmes conditions d’achat que celle du Pentagone. L’offre d’achat pour la Suisse est valable jusqu’en mars prochain. Le Conseil fédéral a décidé de ne pas attendre la votation sur l’initiative anti-F-35 des milieux de gauche pour la signer.

SonntagsZeitung: Sept hôtels sur dix s’attendent à une baisse de la demande pendant la saison estivale en Suisse, en raison de la guerre en Ukraine, écrit la SonntagsZeitung, répercutant une enquête menée du 5 au 10 mai par l’organisation faîtière de la branche, Hotelleriesuisse, auprès de ses membres. La moitié des sondés tablent sur une baisse de la clientèle européenne. Hotelleriesuisse pointe les cours des changes, une situation économique générale détériorée et une baisse de la clientèle russe et ukrainienne à cause de la guerre et des sanctions économiques. L’invasion russe en Ukraine va également dissuader un certain nombre d’Américains et d’Asiatiques de voyager en Europe, ajoute l’organisation. Les hôtels suisses prévoient malgré tout pour cette année un taux d’occupation des lits plus élevé qu’en 2020 et 2021, deux années marquées par la pandémie de Covid-19.

Le Matin Dimanche: Bien que soutenue par des élus de tous les partis, sauf de l’UDC, l’initiative populaire pour l’imposition individuelle lancée par les Femmes PLR est sur le balan à trois mois de l’échéance, affirme Le Matin Dimanche. Alors que le délai imparti est fixé au 9 septembre, seules 80’000 des 100’000 signatures nécessaires ont été recueillies. Or les mois d’été sont toujours difficiles pour la récolte de paraphes, rappelle le journal. “Ce qui nous a freinées, c’est bien sûr la pandémie de [Covid-19, ndlr], qui a limité les rencontres pendant longtemps”, explique dans Le Matin Dimanche la conseillère aux Etats Johanna Gapany (PLR/FR), vice-présidente du PLR. Elle reste cependant optimiste: “Chaque jour, le nombre de signatures augmente. L’accueil est très positif […] Maintenant, on se lance dans un sprint final”. Des critiques se font néanmoins entendre au PLR, certains reprochant aux Femmes PLR un manque d’organisation.

NZZ am Sonntag/SonntagsBlick: Aucun médicament contre la variole du singe n’est autorisé en Suisse, contrairement à l’Union européenne (UE), rapporte la NZZ am Sonntag. L’Institut suisse des produits thérapeutiques Swissmedic n’a reçu aucune demande d’autorisation au cours des dernières années. Un premier cas de la variole du singe a été annoncé samedi en Suisse, dans le canton de Berne. L’homme infecté à l’étranger est d’âge moyen, écrit le SonntagsBlick. Il présente des symptômes légers et se trouve en isolement chez lui. La maladie, d’ordinaire endémique dans onze pays d’Afrique, s’est propagée dans plusieurs pays occidentaux ces derniers jours, dont la France, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Portugal, l’Espagne ou encore la Suède. Ses symptômes ressemblent, en moins grave, à ceux que l’on observait dans le passé chez les sujets atteints de variole: fièvre, maux de tête, douleurs musculaires, dorsales, au cours des cinq premiers jours. Apparaissent ensuite des éruptions cutanées, des lésions, des pustules et enfin des croûtes.

 

Continue Reading

revue_de_presse

Revue de presse : Le pétrole russe continue à se vendre en Suisse, les dérives sectaires inquiètent plusieurs élus

Le dossier de la tentative de chantage contre Alain Berset rouvert, Uber à Genève dans le viseur du Seco ou des dérives sectaires qui inquiètent des élus: tels sont quelques-uns des thèmes qui figurent dans la presse dominicale. La guerre en Ukraine et ses conséquences y sont aussi encore une fois abordées, il est notamment question de pétrole russe qui continue à se vendre en Suisse.

SONNTAGSBLICK: Après avoir blanchi le conseiller fédéral Alain Berset il y a une semaine et demie, les commissions de gestion du Parlement comptent rouvrir le dossier de la tentative de chantage dont a été victime le ministre. “C’est ce qui est envisagé, oui”, déclare le conseiller aux Etats Daniel Fässler (Centre/AI), président d’une des sous-commissions, dans le SonntagsBlick. Cette sous-commission souhaite enquêter sur le fait que de la correspondance aurait été partiellement effacée. Il s’agirait d’e-mails disparus entre l’ancien secrétaire général d’Alain Berset et la femme qui a fait chanter le Fribourgeois.

SONNTAGSZEITUNG: Le Secrétariat d’Etat à l’économie entend clarifier si, à Genève, Uber contourne de manière illégale la décision du Tribunal fédéral (TF) de début juin, selon la SonntagsZeitung. Le TF avait statué que les chauffeurs Uber devaient être considérés comme des salariés et non pas comme des indépendants. Uber avait ensuite indiqué que les chauffeurs seraient des employés de sociétés partenaires suisses. Payés à l’heure, ils ne sont toutefois rémunérés que lorsqu’ils effectuent une course, et non lors des temps d’attente, ce qui contrevient aux règles sur la location de main-d’oeuvre, écrit le journal. Il serait aussi reproché à Uber d’avoir procédé à un licenciement collectif en transférant les chauffeurs aux sociétés partenaires, sans avoir consulté les personnes concernées ni proposé de plan social.

LE MATIN DIMANCHE: Le pétrole russe continue à se vendre en Suisse, malgré le contexte de la guerre en Ukraine, selon une enquête publiée dans Le Matin Dimanche. Une vingtaine de traders auraient même augmenté leurs cargaisons de pétrole russe depuis que la guerre a éclaté, et un tiers de ces acteurs ont des liens forts avec Genève. L’enquête pointe notamment une société qui s’occuperait d’une partie du commerce russo-chinois, qui a le plus augmenté depuis le début de la guerre. La société concernée dit avoir honoré des contrats commerciaux à long terme établis bien avant le 24 février. “Au moment où les grands se retirent du marché, des petits malins, des opportunistes, se glissent dans les interstices”, explique un spécialiste. Un opportunisme pour l’instant légal, jusqu’à ce que les sanctions européennes visant le pétrole russe ne s’appliquent complètement, soit pas avant décembre ou même février 2023, d’après une avocate citée dans le journal.

LE MATIN DIMANCHE: Dans une interview dans Le Matin Dimanche, l’ancien conseiller aux Etats Filippo Lombardi (Centre/TI), actuel membre de l’exécutif de Lugano, ne s’attend pas à de grandes avancées lors de la conférence de Lugano qui abordera la reconstruction de l’Ukraine. Pour lui, la conférence a plutôt une portée symbolique, pour montrer à l’Ukraine qu’elle n’est pas seule. Il estime aussi que la Suisse a choisi son camp en reprenant la totalité des sanctions contre la Russie, ce qui exclut que Berne puisse jouer un rôle de médiateur dans un avenir proche. Mais, “un jour, il faudra toutefois s’asseoir aux côtés de la Russie pour trouver des solutions”. M. Lombardi trouve encore que la Suisse doit profiter de l’événement et de la venue d’Ursula von der Leyen pour avancer quelques pions en matière de politique européenne.

SONNTAGSBLICK: La sécurité de l’approvisionnement en électricité en Suisse peut être assurée via un fort développement du photovoltaïque, rapporte le SonntagsBlick, se référant à une étude de l’institut de recherche DIW Berlin et de l’Université technique de Berlin sur mandat de la Fondation suisse de l’énergie. Cet approvisionnement est garanti sans avoir besoin de contrat de coopération avec l’UE si la production d’énergie solaire est renforcée de manière à compenser 16 térawattheures d’énergie nucléaire – la quantité produite par les centrales de Leibstadt (AG) et Gösgen (SO). Sans cela et sans accord avec l’UE, l’approvisionnement en électricité en Suisse n’est pas sécurisé, même avec une réserve énergétique stratégique, conclut l’étude.

LE MATIN DIMANCHE: Certains secteurs profitent de l’inflation pour gonfler leurs marges et la Suisse manque de moyens de contrôle, écrit Le Matin Dimanche. Le surveillant des prix reconnaît ne pas avoir suffisamment de ressources. La Fédération romande des consommateurs ne peut elle agir qu’au cas par cas et ne dispose pas d’une vue d’ensemble. En tant que petit pays où la concurrence est limitée, la Suisse est plus vulnérable, explique un économiste cité dans le journal. Les secteurs concernés sont notamment l’énergie (avec la guerre en Ukraine), le tourisme (les Suisses veulent de nouveau voyager après la pandémie) ou encore le luxe (acheter une montre ou des bijoux en or constitue une valeur refuge lors d’une crise).

SONNTAGSZEITUNG: En Suisse, 20 à 30% des personnes ayant fui la guerre en Ukraine vivent dans des hébergements collectifs. La SonntagsZeitung a mené une enquête auprès de dix cantons et villes. Pour les personnes concernées, il est difficile de trouver une alternative, c’est pourquoi elles restent souvent longtemps dans ces logements. Le journal donne l’exemple d’une Ukrainienne de 59 ans qui vit à Winterthour (ZH) depuis près de quatre mois avec 150 autres réfugiés.

LE MATIN DIMANCHE: Les dérives sectaires inquiètent plusieurs élus, relate Le Matin Dimanche, qui précise que les sectes n’existent pas dans l’ordre juridique suisse. Alors que la pandémie a mis en lumière plusieurs mouvements complotistes, comme QAnon, le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) a demandé au Conseil fédéral si une autorité est chargée de surveiller ces dérives et si c’est une tâche fédérale ou cantonale. Une inquiétude partagée par le socialiste vaudois Benoît Gaillard, qui a interpellé la ville de Lausanne. Dans le Jura, le député PS Patrick Cerf a aussi questionné le gouvernement qui a répondu qu’on ne pouvait pas qualifier certaines pratiques thérapeutiques de dérives sectaires. Il existe à Genève un Centre intercantonal d’information sur les croyances, qui a une mission de prévention par l’information et une position de neutralité, mais aucune vocation répressive.

NZZ AM SONNTAG: La Suisse devrait bientôt compter un million d’écoliers, selon la NZZ am Sonntag. Les familles privilégient les villes et les zones de banlieue bien desservies, car celles-ci proposent en général une bonne prise en charge des enfants. Cette évolution a pour conséquence qu’il manque non seulement des enseignants mais aussi des locaux. Selon des calculs avancés par le journal, les communes concernées doivent prévoir 3000 classes supplémentaires au cours des dix prochaines années, soit 200 nouveaux bâtiments scolaires et 250 nouveaux jardins d’enfants. En réalité, les besoins pourraient être encore plus élevés, puisque les écoles doivent aussi pouvoir proposer des repas de midi et un encadrement extrascolaire.

Source : https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Revue-de-presse-du-dimanche-26-juin-2022–40816855/

Continue Reading

revue_de_presse

Revue de presse : une semaine de vacances supplémentaires, la conjoncture économique….

Une semaine de vacances supplémentaires pour les travailleurs en Suisse et la conjoncture économique font les titres de la presse dominicale. Il est également question de la guerre en Ukraine et de ses conséquences.

Le Matin Dimanche: Les socialistes veulent faire passer le nombre de semaines de vacances en Suisse de quatre à cinq, relate Le Matin Dimanche. Les travailleurs de moins de 20 ans, qui bénéficient déjà d’un régime de cinq semaines, en obtiendraient six. Le conseiller national Baptiste Hurni (PS/NE) a déposé une initiative parlementaire. En 2012, les Suisses avaient enterré par deux tiers des voix une initiative des syndicats voulant octroyer six semaines de vacances par année. “Nous avons bien compris que le peuple ne voulait pas six semaines de vacances et c’est pour cela que je propose ce compromis”, explique M. Hurni dans le journal. Il ajoute que les mentalités ont changé en dix ans. “Les nouvelles générations préfèrent souvent avoir plus de temps libre” qu’un meilleur salaire.

SonntagsBlick: Malgré des craintes de récession économique et des discours dramatisant la situation aux chambres fédérales, il n’y a pas de crise en Suisse, remarque dans le SonntagsBlick Jan-Egbert Sturm, directeur du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’Ecole polytechnique de Zurich (EPFZ). Au contraire, “c’est un boom étrange, mais c’est un boom”, constate-t-il. La demande a augmenté massivement, le taux de chômage se situe à un niveau extrêmement bas, à 2,1%, et le marché du travail est asséché, énumère le spécialiste. “La sécurité de l’emploi ne pourrait pas être plus grande”, poursuit-il, précisant que cela va se répercuter sur les salaires. Martin Neff, porte-parole des banques Raiffeisen, s’attend à des hausses de salaires de 3% en moyenne, ce qui devrait compenser l’inflation.

Le Matin Dimanche: Les retraités risquent de perdre 1000 francs suisses par an à cause de la forte hausse des prix en Suisse, alerte Le Matin Dimanche, relayant une lettre de l’Union syndicale suisse (USS) envoyée au Conseil fédéral. Ce dernier doit indexer les rentes AVS pour le 1er janvier prochain. Pour cela, il se fonde sur un indice mixte, tenant compte pour moitié de l’évolution des prix et pour moitié de l’évolution des salaires durant les deux années écoulées. Si l’inflation est nettement à la hausse, avec une estimation de 3% pour 2021 et 2022, celle des salaires n’est que de 0,6% sur la même période. “Sur la base de l’indice mixte, l’augmentation des rentes devrait atteindre entre 1,5% et 2%. Cela ne correspond qu’à la moitié du renchérissement”, déplore dans le journal Daniel Lampart, économiste en chef de l’USS.

SonntagsZeitung/SonntagsBlick: La ministre des transports, Simonetta Sommaruga, va participer à la conférence de Lugano sur la reconstruction de l’Ukraine, prévue les 4 et 5 juillet, a confirmé son département à la SonntagsZeitung. La socialiste bernoise prendra part à des réunions sur les infrastructures, avec notamment le ministre ukrainien des transports Oleksandr Koubrakov. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky ne devrait être, quant à lui, présent que par vidéoconférence. La probabilité qu’il vienne en personne à Lugano est plutôt faible, a déclaré un porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) au journal. La conférence reste toutefois de haut niveau, avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le premier ministre ukrainien Denys Chmygal et le ministre ukrainien des affaires étrangères Dmytro Kouleba.

SonntagsBlick: Le Département fédéral de l’économie du conseiller fédéral Guy Parmelin a freiné des quatre fers dans les discussions sur l’embargo du pétrole russe, affirme le SonntagsBlick. Il y a une semaine, le Conseil fédéral a décidé de reprendre les sanctions de l’Union européenne (UE). Insistant pour que les conséquences soient étudiées en profondeur, M. Parmelin s’est opposé à leur reprise immédiate et complète, ajoute le journal, qui se réfère à un projet d’arrêté du Conseil fédéral. Le ministre de l’économie voulait d’abord lancer une analyse approfondie en collaboration avec le Département fédéral des finances (DFF) et le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC). Mais sa proposition a été laminée lors de la consultation menée dans les offices. L’UDC vaudois a alors recommandé au Conseil fédéral de reprendre l’embargo sur le pétrole.

SonntagsZeitung: La vague de réfugiés ukrainiens va aggraver la pénurie de logements en Suisse, affirme la SonntagsZeitung. Les cantons souhaitent que de nombreuses personnes ayant fui l’Ukraine aient bientôt leur propre logement, selon le journal. La demande accrue va faire augmenter les prix des loyers, avertit le conseiller d’Etat bernois Pierre Alain Schnegg. Ses craintes sont partagées par le professeur d’immobilier à l’université de Berne Donato Sconamiglio. “La situation sur le marché du logement s’aggravera sensiblement si une partie des réfugiés loue son propre appartement”, avertit-il. “Le problème se posera surtout dans les villes, où règne déjà une pénurie de logements”. Outre la vague de réfugiés, la hausse des taux d’intérêt devrait également entraîner une augmentation des loyers dans les années à venir, ajoute le professeur.

NZZ am Sonntag: Afin que l’élan de solidarité des Suisses envers les réfugiés ukrainiens se poursuive, le PLR préconise une action plus dure contre les migrants économiques. “Si nous ne voulons pas abuser de la solidarité de la population, il faut serrer la vis dans le reste du secteur de la migration”, déclare dans la NZZ am Sonntag le conseiller national Andri Silberschmidt (PLR/ZH). Le PLR prévoit d’adopter un nouveau document sur la migration lors de son assemblée des délégués la semaine prochaine et se positionnera ainsi comme un parti dur en matière d’asile, précise l’élu zurichois. Selon lui, le parti doit dire “oui” à une main-d’œuvre bien formée, mais “non” aux réfugiés économiques et de la pauvreté.

SonntagsZeitung: La hausse des taux d’intérêt en Suisse annoncée il y a quelques jours par la Banque nationale suisse (BNS) va faire mal aux propriétaires de biens immobiliers, met en garde dans la SonntagsZeitung le professeur d’immobilier à l’université de Berne Donato Sconamiglio. Les taux d’intérêt pour les hypothèques fixes à long terme sont passés à plus de 3% et ceux pour les hypothèques à court terme à 1,8%. “Ce n’est que le début”, ajoute M. Sconamiglio. Selon lui, le président de la BNS, Thomas Jordan, a laissé entrevoir de nouvelles hausses de taux pour septembre. Les taux d’intérêt à court terme devraient ainsi atteindre 3%. Un cinquième des propriétaires de biens immobiliers résidentiels risque de ne plus être en conformité avec les règles de capacité financière des banques, précise le professeur.

NZZ am Sonntag: Migros a enregistré entre le début de l’année et le mois de mai une forte baisse de son chiffre d’affaires par rapport à la même période de l’année précédente, de 6,6%, écrit la NZZ am Sonntag. Le recul a été particulièrement marqué pour la viande, en chute de 16,6%. Toutes les coopératives régionales ont vu leur chiffre d’affaires baisser, mais le recul a été particulièrement fort au Tessin, où Migros Tessin a perdu presque 20% de son chiffre d’affaires. Le géant orange explique le recul par la forte demande de 2021, qui a été une année record en raison de la pandémie de Covid-19.

Source : https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Revue-de-presse-du-dimanche-19-juin-2022–40762646/

Continue Reading

revue_de_presse

Revue de presse : des non-vaccinés virés chez Swiss, prostitution d’ados sur le Net, technologies interdites d’exportation,…

Ouverture par la Suisse d’une enquête pour crimes de guerre en Ukraine, augmentation de la manipulation psychologique en ligne ou employés non vaccinés de Swiss cloués au sol font partie des thèmes abordés par la presse dominicale.

Enquête suisse pour crime de guerre en Ukraine

SONNTAGSBLICK: La Suisse a ouvert une enquête pour crime de guerre en Ukraine. Selon le SonntagsBlick, l’Office fédéral de la police (Fedpol) a interrogé des témoins potentiels en Suisse. Il s’agit de personnes ayant fui l’Ukraine. L’objectif est de recueillir des témoignages et des preuves. Celles-ci doivent servir à pouvoir réagir rapidement par la suite à d’éventuelles demandes d’entraide judiciaire, notamment de la Cour pénale internationale de La Haye. Il serait également possible que le Ministère public de la Confédération ouvre lui-même une procédure au cas où des auteurs présumés de crimes de droit international se trouveraient sur le sol suisse. Mais jusqu’à présent, aucune procédure de ce type n’est en cours.

Certaines technologies interdites à l’exportation

SONNTAGSBLICK: Le groupe de recherche Conflict Armament Research (Car) a trouvé un module GPS d’une entreprise suisse dans un drone de reconnaissance et de surveillance russe de type Orlan-10. Le drone avait été trouvé en 2016 dans l’est de l’Ukraine, rapporte le SonntagsBlick. Le module GPS de l’entreprise de Thalwil (ZH) a été vendu en 2012 et est arrivé en Russie via plusieurs étapes. Dans ce cas, l’entreprise, en lien avec l’EPFZ, et la Confédération ont connaissance de l’utilisation militaire du module prévu pour un usage civil. Au moment de la vente, cette technologie ne faisait toutefois l’objet d’aucune restriction à l’exportation. Depuis l’introduction de sanctions contre la Russie le 4 mars 2022, il est interdit d’exporter cette technologie.

Swiss: une partie des employés non vaccinés licenciés

LE MATIN DIMANCHE/SONNTAGSZEITUNG: Malgré le manque de personnel, Swiss n’autorise pas ses employés non vaccinés contre le Covid-19 à travailler, rapportent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Cela représente 150 pilotes et employés de cabine. Swiss a même commencé à licencier, mais ne veut pas indiquer combien de licenciements ont déjà été prononcés. Swiss justifie sa décision entre autres par l’évolution incertaine de la situation en automne et par le fait que la vaccination correspond toujours aux recommandations des autorités. En outre, les consignes d’entrée diffèrent selon la destination. Il est trop complexe de devoir tenir compte du personnel non vacciné lors de la planification des vols. Cette semaine Swiss a annoncé la suppression de 100 vols en juillet-août en raison d’un manque de personnel.

Prostitution de jeunes sur le Net: manipulation psychologique en ligne

LE MATIN DIMANCHE: De plus en plus de jeunes se font piéger par des prédateurs sexuels qui les encouragent à se prostituer sur internet en fournissant des images contre de l’argent, rapporte Le Matin Dimanche. Cette façon de procéder fait partie des techniques de manipulation psychologique en ligne, soit l’ensemble des moyens employés par les prédateurs pour gagner la confiance d’un mineur afin d’obtenir du contenu pédopornographique. «Les adolescents font face à toujours plus de sollicitations qui les poussent à consommer toute sorte de choses […], alors ils sont tentés par cette promesse d’argent facile», alerte Homayra Sellier, présidente de l’association Innocence en danger, citée dans le journal. Outre l’argent, les sentiments peuvent aussi pousser les enfants à envoyer des photos. La pandémie a aggravé la tendance. L’Office fédéral de la statistique, qui répertorie les chiffres de ce type de manipulation depuis 2020, a enregistré 141 cas l’an passé, soit 8% de plus que l’année précédente. Selon les associations, les cas seraient bien plus nombreux.

Une majorité pour une taxe sur les billets d’avion 

NZZ AM SONNTAG: Une taxe sur les billets d’avion pour des raisons de politique climatique est susceptible de réunir une majorité: 72% de la population soutiendraient une taxe d’incitation, selon un sondage représentatif de l’institut GfS Zurich, relayé par la NZZ am Sonntag. Il a été réalisé auprès de 1000 personnes. Deux personnes sur cinq (42%) sont favorables à une hausse de 30 francs pour les vols courts et de 120 francs pour les long-courriers. Les plus jeunes penchent plutôt pour la taxe la plus basse possible. Trois quarts des sondés souhaitent que les recettes soient affectées à des projets de protection du climat suisses. Un peu plus de la moitié souhaite promouvoir le trafic ferroviaire international. Le sondage a été effectué sur mandat de l’organisation environnementale actif-trafiC. L’Association transport et environnement (ATE) est elle aussi favorable à une taxe sur les billets d’avion. Elle prévoit de lancer une initiative populaire dans ce sens en 2023.

Millions détournés chez Julius Baer

SONNTAGSZEITUNG: Un couple a porté plainte contre la banque Julius Baer et lui réclame plus de 22 millions de francs de dommages et intérêts. Selon la SonntagsZeitung, un ancien collaborateur de la banque aurait détourné plusieurs millions de francs pendant des années pour financer son train de vie somptueux – notamment des biens immobiliers en Suisse, un yacht en Méditerranée et une voiture de luxe. «Le conseiller de Julius Baer traitait le patrimoine du client comme s’il s’agissait du sien. En même temps, il présentait les retraits comme des investissements du client», explique l’avocat du couple dans le journal. Pourtant les systèmes de sécurité de la banque n’ont pas donné l’alerte lors des paiements douteux, ajoute-t-il. La banque ne s’exprime pas sur le cas. «Nous ne pouvons pas prendre position sur des affaires supposées ou réelles concernant les clients», indique une porte-parole.

Source : https://www.lacote.ch/suisse/ledimanche.ch-1191043

Continue Reading

Trending