Connect with us

revue_de_presse

Revue de presse : sauvetage d’Axpo, remboursement de vaccins et ambitions des Verts…

Le sauvetage du groupe électrique Axpo fait les titres de la presse dominicale. Il est également question de proposer le remboursement par l’assurance-maladie de vaccins inoculés dans les pharmacies.

Pas de bonus en cas d’utilisation de l’aide fédérale
La direction d’Axpo, qui s’est vu accorder un crédit d’urgence par la Confédération, va renoncer aux bonus, déclare le directeur du groupe électrique Christoph Brand dans la SonntagsZeitung et le SonntagsBlick. L’année dernière, la part du salaire variable pour les six membres de la direction s’est élevée à plus de 2,5 millions. Cette renonciation s’appliquera si Axpo fait appel au fonds de sauvetage de 4 milliards de francs mis à disposition par la Confédération et jusqu’à ce que l’argent soit remboursé. Le plan de sauvetage est soumis à certaines conditions, dont l’interdiction de verser des dividendes. L’interdiction des bonus n’en fait toutefois pas partie. Le directeur d’Axpo rejette par ailleurs les accusations d’avoir fait de la spéculation. «Si nous avions spéculé, nous n’aurions pas assuré notre production d’électricité des années à l’avance».

Les vaccinations en pharmacie remboursées?
L’organisation faîtière des pharmaciens PharmaSuisse et l’association des assureurs maladie Curafutura vont soumettre lundi au Conseil fédéral un accord prévoyant la prise en charge par l’assurance-maladie de base des vaccinations effectuées en pharmacie, avec ou sans ordonnance, assure Le Matin Dimanche. Actuellement, seules les vaccinations sur ordonnance sont remboursées. Les personnes qui sont en bonne santé n’ont pas de rendez-vous réguliers avec leur médecin et ont tendance à renoncer à cette prévention, explique dans le journal Martine Ruggli, présidente de PharmaSuisse. «Ils pourraient profiter de cet accès facilité». Pour Curafutura, les injections prises en charge devraient notamment être les vaccins contre la grippe, le Covid-19, le papillomavirus, l’encéphalite à tiques ou les hépatites A et B. Selon PharmaSuisse, plus de 1200 pharmacies proposent déjà un service de vaccination, soit environ deux sur trois.

Les Verts veulent être la troisième force du pays
Le président des Verts Balthasar Glättli veut faire de sa formation la troisième force politique de la Suisse lors des élections fédérales de 2023, annonce-t-il dans la NZZ am Sonntag. «Nous sommes le parti qui a le plus progressé lors des élections cantonales de ces trois dernières années». Le parti compte en outre un cinquième de membres de plus que lors des législatives de 2019, poursuit le conseiller national zurichois. Il dit toujours viser un siège au Conseil fédéral pour sa formation, «même en cas de départ anticipé d’un membre du Conseil fédéral. Nous avons des personnalités appropriées. Nous avons des plans de bataille dans les tiroirs».

Administration fédérale: des salaires élevés
Les salaires dans l’administration fédérale sont plus élevés d’un tiers que dans le secteur privé, indique la SonntagsZeitung, relayant une étude de l’institut de politique économique de l’Université de Berne. La rémunération moyenne pour un poste à plein temps atteint 117’176 francs dans l’administration fédérale. La différence s’explique en partie par le fait que la Confédération emploie proportionnellement plus de personnes hautement qualifiées. Mais il existe également une différence de salaire de 13% chez les diplômés universitaires, alors que leur rémunération a baissé presque partout au cours des 20 dernières années, note l’étude. Elle met également en évidence des différences cantonales. Les cantons de Genève et de Bâle-Ville dépensent ainsi plus de 8500 francs par habitant pour les employés cantonaux et communaux. Le canton le plus économe, l’Argovie, en verse moins de la moitié.

Météo: les dommages assurés ont augmenté
Les dommages assurés dus aux phénomènes météorologiques extrêmes ont augmenté de 5 à 7% par an au cours de la dernière décennie, relève dans la NZZ am Sonntag Sergio Ermotti, président du réassureur Swiss Re. Si la température moyenne mondiale augmente de 3,2 degrés Celsius d’ici à 2050, l’économie mondiale va perdre jusqu’à 18%, ajoute-t-il. Il estime que l’abandon du nucléaire par la Suisse a été trop précoce. «Nous devrions reconnaître que l’énergie nucléaire peut faire partie d’une stratégie énergétique diversifiée», lance-t-il, notant néanmoins que le problème des déchets n’est pas résolu et que des risques subsistent.

Les transports clandestins de réfugiés en Suisse, fréquents?
Les transports clandestins de réfugiés en Suisse doivent être relativement fréquents, déclare dans la NZZ am Sonntag Senad Sakic, le chef de la police judiciaire de Nidwald, canton dans lequel 23 d’entre eux ont été retrouvés lundi dans une camionnette. Selon le policier, les passeurs doivent utiliser principalement le trafic routier pour les convoyer. «Avec 1,1 million de véhicules qui franchissent chaque jour les frontières suisses, les trouver reviendrait à chercher une aiguille dans une botte de foin». Ces propos sont corroborés dans le journal par le porte-parole de l’Office fédéral de la police (Fedpol), Patrick Jean. Il s’agit, selon lui, de «réseaux criminels transnationaux bien organisés» qui cherchent constamment de nouveaux moyens de se procurer de l’argent en faisant passer des personnes.

Une pièce sur Eveline Widmer-Schlumpf
L’éviction du ministre UDC Christoph Blocher du Conseil fédéral en 2007 et son remplacement par sa collègue de parti d’alors, Eveline Widmer-Schlumpf, vont être joués sur scène, rapporte le SonntagsBlick. Le metteur en scène Piet Baumgartner prépare la pièce «EWS – le seul thriller politique de Suisse», dont la première est prévue le 6 octobre au théâtre Neumarkt de Zurich. Il ne s’agit pas d’une «pièce sur Blocher», mais d’une pièce sur Mme Widmer-Schlumpf, explique dans le journal M. Baumgartner. L’élection controversée est devenue un mythe et soulève diverses questions de société, ajoute-t-il. «Quel rôle a joué le fait que Widmer-Schlumpf soit une femme? Aurait-on également assisté à une telle chasse aux sorcières s’il s’était agi d’un homme? Est-ce que 2007 a marqué le début de la fin de Blocher?», relève le metteur en scène.

La suite… https://www.lacote.ch/suisse/ledimanche.ch-1216246

Continue Reading

revue_de_presse

Revue de presse : répercussions de la guerre, conséquences du manque de personnel hospitalier, fin des taux négatifs…

Les conséquences de l’invasion russe en Ukraine et la crise énergétique font les titres de la presse dominicale. Il est également question de la qualité des soins en Suisse.

La pression sur la Suisse va augmenter

SONNTAGSBLICK: Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) prend très au sérieux la récente escalade de la guerre menée par la Russie en Ukraine, affirme le SonntagsBlick. La semaine dernière, le renseignement suisse a présenté une analyse de la situation. La pression sur la Suisse neutre devrait encore augmenter dans les mois à venir, estime-t-il. Quant à l’utilisation de l’arme nucléaire, une menace à nouveau brandie par le président russe Vladimir Poutine il y a quelques jours, elle est très improbable, note le SRC, pour qui la mobilisation partielle en Russie aura, en revanche, des répercussions plus importantes que la menace nucléaire. L’amplification de la guerre aura des conséquences importantes sur la diplomatie, la politique, l’économie et la migration en Suisse, poursuit le service de renseignements.

Manque de préparation nucléaire

NZZ AM SONNTAG: La Suisse est insuffisamment préparée pour faire face à des bombardements nucléaires, alerte la commission de la politique de sécurité du Conseil national, relayée par la NZZ am Sonntag. Un état des lieux de la Confédération fait état de 230 manquements en matière de protection contre des agents nucléaires, biologiques et chimiques. Il faut ajouter à cela le mauvais état des abris de la protection civile, note le document. La commission a prévu une séance spéciale consacrée à l’état de la protection de la population. Son président, le conseiller national Mauro Tuena (UDC/ZH), a reçu des plaintes à propos de matériel manquant ou en quantité insuffisante. L’Office fédéral de la protection de la population sera également passé à la loupe. «Nous poserons des questions critiques», déclare M. Tuena dans le journal.

Un automne doux

SONNTAGSZEITUNG/NZZ AM SONNTAG: L’automne devrait être doux en Suisse, alors que des coupures d’électricité sont redoutées en hiver et que le gaz pourrait manquer. Selon la SonntagsZeitung et la NZZ am Sonntag, les prévisions météorologiques pour l’ensemble du pays indiquent pour la période d’octobre à décembre une température moyenne supérieure à la normale des 30 dernières années, déclare dans la NZZ am Sonntag Stephan Bader de MétéoSuisse. L’agence météorologique nationale américaine prévoit pour sa part un automne chaud, suivi d’un hiver doux, relève la SonntagsZeitung. Les prévisions vont jusqu’à fin février. Le même institut avait annoncé un été 2022 chaud, selon le journal.

Axpo diversifie ses activités

SONNTAGSZEITUNG: Axpo, en difficulté à cause de l’envolée des prix dans le secteur de l’énergie et qui a fait appel à l’aide de la Confédération, s’est beaucoup éloigné de son activité principale, l’approvisionnement en électricité, écrit la SonntagsZeitung. Le groupe énergétique ne fait pas seulement le commerce de l’électricité, mais aussi, dans une large mesure, de celui du gaz. Des entreprises industrielles et des fournisseurs d’énergie figurent parmi ses clients. Les contrats d’Axpo avec la société russe Gazprom s’avèrent particulièrement délicats. La Russie ayant largement cessé ses livraisons de gaz à l’Europe après l’invasion de l’Ukraine, Axpo doit depuis des mois se procurer sur le marché le gaz non livré, au prix de pertes financières, afin de pouvoir honorer les contrats existants avec les clients.

Le manque de personnel hospitalier fait baisser la qualité des soins

LE MATIN DIMANCHE/SONNTAGSZEITUNG/NZZ AM SONNTAG: Malgré les mesures prises pour lutter contre la pénurie de personnel dans les hôpitaux et autres structures de santé et l’adoption de l’initiative sur les soins infirmiers il y a un an, les cadres hospitaliers tirent la sonnette d’alarme, rapportent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. «La qualité des soins dans les hôpitaux de soins aigus ne pourra plus être maintenue et diminuera», disent 150 cadres dans un sondage non encore publié de Swiss Nurse Leaders, l’association des cadres infirmiers. 87% d’entre eux affirment que leurs services manquent de personnel. Neuf sur dix indiquent que les soins de base ne sont possibles que si le personnel assure des heures supplémentaires. En plus des postes non pourvus, la quantité du personnel à l’arrêt pour raisons médicales a sensiblement augmenté. En 2021, les absences équivalaient à 647 postes à temps plein pendant un an. Selon la NZZ am Sonntag, le tableau est aussi sombre dans les services de pédiatrie des hôpitaux alémaniques. «La situation n’a jamais été aussi extrême», déclare une infirmière dans le journal.

Les assurances maladie ne maîtrisent pas leurs coûts

SONNTAGSZEITUNG: De nombreux assureurs maladie ne maîtrisent pas leurs coûts, affirme la SonntagsZeitung en se basant sur les dernières données disponibles de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), datant de juin 2021. La caisse CPT affichait il y a cinq ans des frais administratifs de 200 francs par assuré. En 2021, ils étaient de 274 francs, soit une hausse de 37%. L’augmentation des coûts est encore plus marquée au groupe Mutuel, les frais administratifs par personne étant passés de 151 à 236 francs au cours de la même période, en hausse de 56%. Chez Helsana, Swica et Visana, les coûts ont, en revanche, diminué.

Les cantons ne luttent pas de la même manière contre l’esclavage moderne

SONNTAGSBLICK: Les cantons, chargés de la lutte contre les formes d’esclavage moderne à laquelle la Suisse s’est engagée, s’acquittent de leur tâche de manière très inégale, constate le SonntagsBlick, qui cite une enquête du centre suisse de compétence pour les droits humains. Une autre étude, commandée par l’Office fédéral de la police (Fedpol) et également citée par le journal, relève que la traite des êtres humains dépend des structures économiques des cantons. Plus une industrie du sexe est importante dans un canton, plus le risque d’exploitation sexuelle est élevé. Plus le secteur de l’hôtellerie et de la construction est important, plus le risque d’exploitation sur le lieu de travail est élevé. Les Grisons, le Jura et Schaffhouse sont particulièrement mal notés.

Les taux négatifs ont été bénéfiques pour les banques

SONNTAGSBLICK: Les taux d’intérêt négatifs en Suisse ont été très bénéfiques pour la plupart des instituts financiers, qui ont pu nettement améliorer leurs revenus, relève le SonntagsBlick. Les opérations de commissions et de prestations de services, qui comprennent les frais perçus pour la gestion de fortune, l’octroi de crédits, le trafic des paiements et la tenue des comptes ont largement contribué à la hausse de leur performance. Chez Postfinance, par exemple, les revenus ont progressé de 175 millions à 398 millions de francs entre 2014 et 2021. La banque Raiffeisen a, elle, enregistré une croissance de 25%. La hausse des frais de gestion de compte est l’une des raisons de la croissance des recettes. A la fin août, le surveillant des prix Stefan Meierhans avait exigé une baisse des frais.

Source : https://www.lacote.ch/ledimanche.ch-1220411

Continue Reading

revue_de_presse

Revue de presse: lobbies de l’énergie sous la Coupole, touristes russes en Suisse, déchets nucléaires,…

La crise énergétique est à nouveau au coeur de la presse dominicale. Il est également question de la qualité des soins en Suisse et des indemnisations pour le dépôt des déchets radioactifs dans le Lägern.

Les lobbies de l’énergie, les nouveaux maîtres sous la Coupole

Le Matin Dimanche: Avec la crise énergétique, les lobbies de l’énergie sont les nouveaux maîtres au Parlement fédéral à Berne, assure Le Matin Dimanche. Les 38 parlementaires siégeant dans les deux commissions de l’énergie totalisent 56 liens d’intérêts, en tant que membres, administrateurs, délégués, présidents des associations économiques ou environnementales directement touchées par les lois élaborées dans leur commission. Certains de ces mandats sont payés, d’autres non. À cela s’ajoutent 27 lobbyistes de l’énergie qui ont reçu par un élu une carte d’accès permanente au Palais fédéral. Les producteurs d’énergie, fossile et renouvelable, ont désormais tous un pied à Berne, ajoute le journal. Les organisations environnementales sont également bien présentes.

Economiser l’énergie grâce à une consommation efficace

SonntagsZeitung: La crise énergétique pourrait être évitée en Suisse grâce à des économies et des investissements à grande échelle dans une consommation d’électricité efficace, écrit la SonntagsZeitung, en se référant à un rapport de l’Office fédéral de l’énergie. Les ménages privés, les entreprises et les communes pourraient ainsi économiser entre 25 et 40% d’électricité d’ici à 2030, sans perte de confort et uniquement avec des moyens techniques. D’importantes économies sont aussi possibles à court terme, relève le rapport, qui pointe les nombreux bâtiments équipés d’appareils électroménagers, de chauffages, de chauffe-eau et de pompes à chaleur obsolètes consommant beaucoup plus d’électricité que les appareils de la dernière génération. Les entreprises gaspillent, quant à elles, des quantités encore plus importantes de courant, parce qu’elles ne remplacent pas les vieilles ampoules, les moteurs électriques, les pompes, les ventilateurs et les installations frigorifiques. Si tous les moyens techniques étaient exploités, il serait possible d’économiser entre 14 et 23 térawattheures par an. Les centrales nucléaires suisses fournissent un peu plus de 20 térawattheures d’électricité par an.

Données sur la consommation d’énergie: pas de suivi national

SonntagsBlick: La Confédération ne sait pas combien d’électricité et de gaz sont actuellement consommés en Suisse, rapporte le SonntagsBlick. Les opérateurs de réseaux relèvent les principales données de consommation au moins une fois par jour, mais les données ne parviennent à la Confédération que des mois plus tard. Le secteur de l’électricité transmet en effet les données au gestionnaire du réseau électrique suisse Swissgrid, au plus tôt le dixième jour ouvrable du mois suivant, qui les envoie ensuite à l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) avec un nouveau délai. L’Etat fédéral ne sait ainsi pas combien d’électricité a été consommée en juin dernier en Suisse. L’OFEN ne dispose de données fiables que jusqu’en mai. La situation est encore pire pour la consommation de gaz. La Confédération ne reçoit les données correspondantes qu’une fois par an. Elle planche sur la mise en place d’un suivi, qui devrait être opérationnel d’ici à la fin de l’année.

Chauffages au mazout grands gagnants

SonntagsZeitung: Les chauffages au mazout sont les grands gagnants de l’hiver prochain, marqué par la crise énergétique, estime la SonntagsZeitung. Outre le fait que leurs utilisateurs n’ont pas besoin de baisser la température des logements, les charges liées sont moins élevées que celles des pompes à chaleur et des chauffages au gaz. A Zurich, celui qui achète du mazout au prix actuel paie 660 francs de moins que pour chauffer le même appartement au gaz, a calculé le journal. Dans les communes où les prix de l’électricité augmentent fortement, les charges du chauffage au mazout sont même inférieures à celles de l’électricité pour les pompes à chaleur.

Riches touristes russes en Suisse

NZZ am Sonntag: Si la Russie est en guerre contre l’Ukraine, cela n’empêche pas ses citoyens de voyager en Suisse, relate la NZZ am Sonntag, se basant sur des données de Suisse Tourisme. Les hôtels suisses ont enregistré jusqu’à la fin juillet 61’214 nuitées de touristes russes. En 2022, la Suisse a délivré plus de 9000 visas à des citoyens russes. Leur séjour moyen dans les hôtels suisses est d’un peu plus de trois nuits, soit plus longtemps que pour tout autre groupe de touristes. Ce sont surtout les Russes fortunés qui réservent des vacances en Suisse, malgré les sanctions.

Un patient sur dix aurait subi un dommage durant un traitement

Le Matin Dimanche: Alors que le mantra affirmant que l’on est bien soigné en Suisse est répété en boucle, tout n’est pas si rose, affirme Le Matin Dimanche, qui cite une étude effectuée dans un hôpital suisse. Selon cette enquête, un patient sur dix a subi un dommage durant un traitement. Or, près de la moitié de ces cas pourraient être évités. Entre 8 et 15% des patients sont par ailleurs victimes d’un événement médicamenteux indésirable pendant leur séjour à l’hôpital. Pour le surveillant des prix Stefan Meierhans, «on paie le prix d’une Porsche pour obtenir une VW», alors que les Suisses occupent la deuxième place mondiale pour les coûts, derrière les États-Unis d’Amérique. «C’est compréhensible, car nous voulons nous offrir une médecine de pointe», ajoute Monsieur Prix. «Mais c’est justement là que le bât blesse: c’est la médecine de pointe et non les erreurs du système qui doivent être financées».

Nouvelle organisation tarifaire dans le secteur de la santé

SonntagsBlick: Le président de Santésuisse Martin Landolt annonce dans le SonntagsBlick la création d’une nouvelle organisation tarifaire dans le secteur de la santé, «probablement» cette année encore. «Tous les partenaires tarifaires» y prendront part, ajoute-t-il. La nouvelle structure doit permettre de faire face à l’augmentation des coûts de la santé, explique M. Landolt. Il se dit convaincu que les coûts peuvent être réduits avec davantage de forfaits, complétés par des tarifs à la prestation.

Déchets radioactifs à Stadel: quelles indemnisations?

SonntagsZeitung: Quelque 800 millions de francs pourraient être versés pour indemniser les propriétaires de biens immobiliers concernés par le projet de dépôt de déchets radioactifs à Stadel (ZH), dans le nord de la région du Lägern, indique la SonntagsZeitung. Mais des communes plus éloignées pourraient être nettement plus touchées par des pertes de valeur que le village zurichois. «Dans un rayon de trois à dix kilomètres, la perte de valeur pourrait atteindre 5 à 10%», relève dans le journal un agent immobilier. Si un bien immobilier coûte aujourd’hui 1,5 million de francs, la décote pourrait ainsi s’élever à 150’000 francs, calcule l’agent, qui se base sur une étude l’université de Berne. Selon la recherche, les biens immobiliers situés à une distance de 2,5 à 4 km d’une centrale nucléaire, existante ou prévue, ou d’un dépôt de stockage de déchets nucléaires, intermédiaire ou définitif, ont subi les plus fortes baisses de prix.

Hans-Ulrich Bigler, du PLR à l’UDC

NZZ am Sonntag: Le directeur de l’usam et l’ancien conseiller national PLR zurichois Hans-Ulrich Bigler veut entrer au Grand Conseil zurichois sous ses nouvelles couleurs, celles de l’UDC, écrit la NZZ am Sonntag. La section UDC du district d’Affoltern l’a désigné le 8 septembre en troisième position sur sa liste de candidats. Pour l’UDC zurichoise, cette élection est un test. Si M. Bigler parvient à entrer au Parlement cantonal en février, il a de bonnes chances d’être désigné au printemps 2023 pour les élections au Conseil national, explique dans le journal le président de l’UDC zurichoise, Domenik Ledergerber. «Je suis candidat au Grand Conseil, ni plus ni moins», répond cependant M. Bigler, assurant que le parti l’avait sollicité. Directeur de l’Union suisse des arts et métiers (usam) depuis 15 ans, M. Bigler, 64 ans, quittera cette fonction l’an prochain. Il a annoncé à la fin août qu’il abandonnait le PLR pour l’UDC.

Source : https://www.lenouvelliste.ch/ledimanche.ch-1218402

Continue Reading

revue_de_presse

Revue de presse : crise énergétique, licenciements chez Credit Suisse, liens entre un groupe folklorique et Vladimir Poutine…

Rationnement-test de l’électricité, retour du chômage partiel, critiques des cantons: la crise énergétique est au cœur de la presse dominicale. Il est aussi question des déboires de Credit Suisse.

Les cantons critiquent le Conseil fédéral
LE MATIN DIMANCHE: Les cantons critiquent les manières de faire du Conseil fédéral dans la crise énergétique. Alors que des représentants cantonaux étaient présents lors du lancement de la campagne sur les économies d’énergie mercredi, la Conférence des gouvernements cantonaux (CDC) adressait une lettre très sèche au Conseil fédéral le même jour, rapporte Le Matin Dimanche, qui a consulté le document en question. La CDC y dénonce un manque de dialogue et d’implication des cantons dans la stratégie du gouvernement. La lettre demande la création «d’un état-major de crise permanent et interdépartemental» ainsi qu’«un débat urgent afin de trouver les moyens pour améliorer cette situation profondément insatisfaisante». L’Union suisse des arts et métiers (usam) avait également signalé son mécontentement via une lettre envoyée au Conseil fédéral en août.

Chômage partiel dans une grande entreprise
NZZ AM SONNTAG: La hausse des coûts force une première entreprise grosse consommatrice d’énergie à recourir au chômage partiel. L’aciérie Stahl Gerlafingen (SO), qui consomme autant d’électricité que 70’000 ménages, s’attend à une facture de 45 millions pour octobre, écrit la NZZ am Sonntag. C’est plus que les coûts annuels, a indiqué le directeur de l’entreprise, Alain Creteur. Craignant une baisse de production, l’entreprise a obtenu l’autorisation de recourir au chômage partiel d’octobre à décembre à titre préventif.

Premier test de rationnement électrique
NZZ AM SONNTAG: La Suisse connaître bientôt son premier rationnement-test de l’électricité, révèle la NZZ am Sonntag. La restriction fictive aura lieu fin septembre, a déclaré le chef de l’Organisation pour l’approvisionnement en électricité en cas de crise OSTRAL, Lukas Küng. La date exacte reste cependant secrète, afin de garder l’effet de surprise. Concrètement, 600 gestionnaires de réseau électrique devront calculer un quota d’électricité fictif pour leurs gros clients. En cas d’urgence, ils devraient informer leurs clients de la quantité d’électricité à laquelle ils ont droit, mais pour le test il leur suffira d’envoyer un courrier à un service central. «Nous voulons montrer que l’heure est grave», a expliqué M. Küng.

L’EPFZ se prive d’eau chaude
SONNTAGSBLICK: L’Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) va renoncer à l’eau chaude pour économiser de l’énergie. «Des mesures telles que la réduction du chauffage et l’arrêt partiel de l’approvisionnement en eau chaude sont absolument prévues», a confirmé l’école à l’hebdomadaire alémanique SonntagsBlick. Des exceptions seront faites là où c’est nécessaire pour assurer la qualité de la recherche et de l’enseignement, explique-t-elle. D’autres mesures plus radicales pourraient suivre. «Des bâtiments abritant ‘seulement’ des unités administratives pourraient être fermés», indique l’école.

Les fournisseurs d’énergie contre de nouvelles centrales nucléaires
SONNTAGSZEITUNG: Les fournisseurs en énergie s’opposent à la construction de nouvelles centrales nucléaires exigée par une initiative populaire dont la récolte des signatures a été lancée cette semaine. «La construction d’une nouvelle centrale nucléaire n’est actuellement pas réaliste d’un point de vue économique», indique BKW dans le journal alémanique SonntagsZeitung. Les coûts et les incertitudes seraient importants, appuie Axpo. Les délais poseraient également problème. «Même si des investisseurs pouvaient être trouvés, il faudrait de nombreuses années avant qu’une nouvelle centrale nucléaire ne puisse être raccordée au réseau», indique un porte-parole du distributeur d’énergie. Les centrales nucléaires sont des «technologies de transition» pour avoir le temps de se réorienter vers les énergies renouvelables, rappelle encore Alpiq.

Les frais bancaires sont excessifs, selon Monsieur Prix
NZZ AM SONNTAG: Les banques appliquent des frais excessifs, selon le Surveillant des prix Stefan Meierhans. Les taxes pour la tenue de compte, le retrait d’argent liquide ou encore les ordres de paiement ont doublé au cours des vingt dernières années, indique la NZZ am Sonntag. Ces frais, notamment pour la fermeture d’un compte ou le transfert d’un dépôt, enfreignent la loi contre la concurrence déloyale, argumente M. Meierhans. A ses yeux, le Secrétariat d’Etat à l’économie (Seco) devrait lancer un processus pilote afin de clarifier si cette pratique est juridiquement valable.

Des milliers de licenciements chez Credit Suisse?
SONNTAGSZEITUNG: Le conseil d’administration de Credit Suisse négocie un large démantèlement de sa banque d’investissement. Selon un scénario provisoire, plus de 5000 emplois, principalement aux Etats-Unis, sont sur la sellette, indique le SonntagsZeitung. La banque préférerait se concentrer sur le private banking, moins risqué. Un tel départ des Etats-Unis entraînerait des pertes de plusieurs milliards et le renoncement définitif à jouer un rôle important à Wall Street. Mais le conseil d’administration s’y oppose encore. Quelques jours plus tôt, le média Blick annonçait que la banque préparait des milliers de licenciements et que Zurich serait particulièrement touchée.

Large soutien à l’allègement des primes maladie
LE MATIN DIMANCHE: L’initiative pour alléger les primes séduirait la majorité des Suisses, selon un sondage mandaté par le PS. Pas moins de 71% des sondés soutiendraient le texte, indique Le Matin Dimanche. Ce contre-projet à l’initiative populaire «10% du revenu pour les primes d’assurance-maladie, c’est assez!» demande qu’aucun ménage ne doive consacrer plus de 10% de son revenu disponible aux primes d’assurances-maladie. Une commission du Conseil des Etats doit se pencher dessus cette semaine. Selon le sondage mandaté à l’institut Demoscope, l’acceptation du texte porté par la gauche transcende les partis. Si le oui frôle les 90% au PS et chez les Verts, le soutien reste de taille à droite avec 63% de oui dans les rangs de l’UDC et du PLR. Ce taux passe à 73% au Centre et à 54% chez les Vert’libéraux. Près de 80% des sondés affirment en outre que les primes d’assurance-maladie restent une charge financière.

Liens entre un groupe folklorique et le pouvoir russe
SONNTAGSBLICK: Le groupe folklorique de l’association Russkij Basel, dont l’une des participantes a été aperçue à la Fête fédérale de lutte la semaine dernière avec un petit «Z» brodé, symbole de la guerre russe contre l’Ukraine, a des liens avec un groupe proche du président russe Vladimir Poutine, selon le SonntagsBlick. Il s’agit des Loups de la nuit, un club de motards russe ayant acquis une certaine importance politique ces dernières années. L’association Russkij Basel donne en outre des cours de langue et culture russes dans les deux Bâle. Ces leçons sont autorisées par les autorités et les notes obtenues prises en compte dans le bulletin scolaire. Le département de l’éducation a convoqué l’association. «Nous exigeons une prise de distance claire. Sinon, nous nous réservons le droit de mettre fin à notre collaboration avec l’association», a indiqué le porte-parole Simon Thiriet.

Source : https://www.lacote.ch/suisse/ledimanche.ch-1214101

Continue Reading

Trending