Connect with us

armeesuisse

Opération de police du ciel pour deux F/A-18 de l’armée suisse

Des bangs supersoniques ont retenti jeudi soir en Suisse centrale. La police cantonale a reçu plusieurs messages à ce propos. Ils proviennent de deux jets F/A-18 de l’armée suisse qui ont décollé pour une opération de police aérienne.

Les messages reçus par la police faisaient état de deux détonations fortes et d’ondes de choc perceptibles.

Il n’y a pas de danger, a précisé la police zougoise sur Twitter.

Il s’agissait d’une opération de police aérienne de l’armée suisse, dont les avions de combat ont atteint la vitesse supersonique.

Avion escorté

L’armée a reçu un message d’alarme à 18h50, a déclaré son porte-parole à l’agence Keystone-ATS. Deux avions de combat F/A-18 ont alors pris de l’altitude et accompagné un avion à travers l’espace aérien suisse jusqu’à son atterrissage en toute sécurité à l’aéroport de Zurich. Il y est arrivé avant 20h00. Lors de l’intervention, un double bang supersonique s’est produit au-dessus de Lucerne.

Selon les informations de “20 Minuten“, l’avion escorté était un avion de la compagnie Swiss en provenance de Pristina au Kosovo et à destination de Zurich.

Source : https://www.rts.ch/info/suisse/13179791-operation-de-police-du-ciel-pour-deux-fa18-de-larmee-suisse.html

Continue Reading

armeesuisse

Les femmes seront peut-être obligées de servir

Le Conseil des États a pris acte, mercredi, d’un rapport sur les problèmes d’effectifs au sein de l’armée et de la protection civile.

Les femmes pourraient peut-être être obligées de servir. En effet, le Conseil des États a accepté tacitement un rapport en deux parties sur les problèmes d’effectifs au sein de l’armée et de la protection civile et dans lequel le Conseil fédéral évaluait la possibilité d’enrôler les femmes pour répondre aux besoins. Le National doit encore se prononcer.

L’armée a un effectif réel de 140’000 militaires, a rappelé Werner Salzmann (UDC/BE) au nom de la commission. «Mais cet effectif ne pourra être maintenu que pendant quelques années encore. Tout devrait changer vers la fin de la décennie, car deux classes d’âge seront licenciées en 2028 et 2029», a-t-il expliqué. Dans la protection civile, c’est aussi l’inquiétude puisque les effectifs sont déjà inférieurs aux 72’000 membres requis, a également relevé le Bernois.

La suite… https://www.lematin.ch/story/armeesuisse.ch-541592579640

Continue Reading

armeesuisse

Le Parlement donne son feu vert à l’achat des F-35A

Le Conseil National a accepté ce jeudi par 128 voix contre 67 l’achat des F-35A, déjà autorisé par le Conseil des États.

L’achat des F-35A est acté. Après le Conseil des États, le National a donné jeudi son feu vert au Conseil fédéral par 128 voix contre 67. Au grand dam du camp rose-vert. La Suisse n’attendra pas la votation sur l’initiative «Stop F-35».

Depuis l’annonce du choix des chasseurs américains, des voix critiques se sont fait entendre sur la procédure d’évaluation, sur le choix de l’avion, les coûts réels, pour l’instant estimés à six milliards de francs, et sur la gestion des risques.

Le F-35A américain est le bon avion pour la Suisse, a rappelé Jacqueline de Quattro (PLR/VD) au nom de la commission. Il a obtenu la meilleure note lors de l’évaluation. «C’est l’avion le moins cher, le meilleur du point de vue technologique.» De plus, a-t-elle ajouté, il est l’avion le plus répandu dans l’OTAN et l’UE.

La suite… https://www.24heures.ch/le-parlement-donne-son-feu-vert-a-lachat-des-f-35a–ledimanche.ch-475505492018

Continue Reading

armeesuisse

Rééquipement de l’armée suisse «Beaucoup de travail manuel» pour les chars de Viola Amherd

Mowag construit les engins qui sont en tête de liste de la ministre de la Défense, mais ne se considère pas comme un profiteur de la guerre en Ukraine.

L’entreprise d’armement suisse Mowag fait-elle partie des profiteurs de guerre? La question n’arrache qu’un sourire fatigué au CEO, Giuseppe Chillari. «Beaucoup le supposent, mais jusqu’à présent, la guerre en Ukraine n’a eu que des effets négatifs sur nous», dit Giuseppe Chillari, installé dans l’usine de chars Mowag, située dans une zone industrielle près de Kreuzlingen (TG).

Avant même d’expliquer pourquoi il en est ainsi, Giuseppe Chillari souligne qu’il a été aussi surpris que la plupart des gens par le déclenchement de la guerre et qu’il est tout aussi bouleversé par les souffrances qu’elle a causées. Concrètement, l’invasion russe aurait d’abord et avant tout signifié pour Mowag, selon le patron, que les achats étaient plus difficiles et plus chers.

La suite… https://www.24heures.ch/armeesuisse.ch-811086296773

Continue Reading

Trending