Connect with us

armeesuisse

Premier vol en Suisse réussi pour le nouveau drone de l’armée

Berne, 15.06.2022 – Ce matin, peu après 07:00, le nouveau drone de reconnaissance de l’Armée suisse a effectué son premier vol à Emmen. Avec ce vol d’essai réussi, le système de drones de reconnaissance 15 (ADS 15) franchit une nouvelle étape importante.

Après les essais de roulage réussis en mai 2022, le premier des deux drones du système de drones de reconnaissance 15 (ADS 15), arrivés en Suisse fin avril 2022, a effectué son premier vol avec succès.
Ce matin, à 07:00, le drone portant l’immatriculation D-14, piloté par un pilote d’essai suisse, a décollé pour son premier vol. Après avoir survolé pendant environ 70 minutes le drone est rentré en toute sécurité à Emmen. Durant le vol, l’engin a atteint une vitesse maximale de 180 km/h et une altitude maximale de 2’000 m au-dessus du niveau de la mer.
Des spécialistes du constructeur israélien Elbit ont assisté l’équipe de projet suisse lors de la préparation du vol et pendant celui-ci. Tous les points de test prévus pour le premier vol ont pu être réalisés avec succès.

Remise aux Forces aériennes d’ici la fin 2022

Avec le succès du premier vol, une étape importante a été franchie dans l’acquisition des ADS 15 et en prévision des autres vols d’essai en Suisse. Au cours des prochains mois, des vols d’essais supplémentaires auront lieu avec les deux drones (immatriculations D-11 et D-14) sur les aérodromes militaires suisses. Il s’agira notamment de tester les capteurs, de vérifier les fonctionnalités techniques des drones en vol et d’effectuer des engagements de durée variable. L’ADS 15 peut rester dans les airs jusqu’à 24 heures.
Une fois terminés les essais en vol et la certification par l’Autorité de l’aviation militaire MAA, les deux drones seront remis aux Forces aériennes dans le courant du deuxième semestre. Les quatre autres drones suivront d’ici fin 2023.

Système de drones de reconnaissance 15 (ADS 15)

L’ADS 15 est un système d’exploration sans pilote ni arme. Il remplace le système de drones de reconnaissance 95 utilisé par l’armée jusqu’à fin 2019, dont le niveau technologique correspond à celui des années 1980. La durée d’utilisation prévue de l’ADS 15 est de 20 ans. Le drone assure l’exploration des lieux et des objectifs, mais il peut également être équipé d’autres capteurs, comme un radar à synthèse d’ouverture pour obtenir une image de la situation au sol, ou pour l’exploration électronique. Le système de drones peut être engagé de jour comme de nuit.

Les prestations suivantes peuvent être fournies avec l’ADS 15 :

  • surveillance de vastes espaces ;
  • recherche, reconnaissance et poursuite de cibles ;
  • contribution à l’image de la situation et à la protection des infrastructures critiques et des forces impliquées.

Comme pour son prédécesseur, les utilisateurs sont des services militaires et civils, comme les états-majors de conduite cantonaux, les organes de police et de sauvetage ou le Corps des gardes-frontière. En cas de défense contre une attaque militaire, l’ADS 15 contribue à la conduite et au contrôle des actions au sol, notamment pour l’appui de feu. Outre les drones de reconnaissance, seuls des hélicoptères équipés de capteurs infrarouges (Forward Looking Infrared, FLIR) sont aujourd’hui adaptés à la reconnaissance aérienne. Les drones sont des engins résistants, fiables, peu risqués et pas trop chers, qui permettent d’assurer une présence durable dans une zone d’engagement.

L’acquisition comprend six drones, y compris les composants au sol, le simulateur et la logistique.

Source : https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/communiques.msg-id-89290.html

 

 

Continue Reading

armeesuisse

Chef des espions suisses sur le gril – «J’ai même eu une réunion dans le bâtiment du KGB»

Le nouveau directeur du Service de renseignement de la Confédération, Christian Dussey, se confie à l’occasion de la publication du rapport sur la sécurité 2022.

Le SRC n’a pas vu venir l’invasion russe en Ukraine. C’est une faute, un manquement?

Il est faux d’affirmer que le SRC n’avait pas vu venir l’invasion russe en Ukraine. Dans les rapports qu’il a fournis au Conseil fédéral et aux décideurs politiques, le SRC a relevé dès mi-janvier 2022 la probabilité élevée d’une telle attaque dans une fenêtre temporelle d’environ un mois à compter de la fin des Jeux olympiques de Pékin, le 20 février 2022. Notre organisation de crise interne était opérationnelle dès fin janvier. Dans le Rapport sur la politique de sécurité 2021, il était déjà mentionné que la situation pouvait déboucher sur une guerre.

Mais alors pourquoi le gouvernement a été pris de court?

Si vous me permettez une analogie, à l’instar des services de prévisions météorologiques, les services de renseignement peuvent aujourd’hui prévoir qu’au mois d’août nous subirons une canicule avec de forts orages ponctuels, mais pas si le soir du 1er août les feux d’artifice seront perturbés par des orages. Par ailleurs, le SRC n’a jamais eu et n’aura jamais l’exclusivité des informations destinées au Conseil fédéral.

La suite…. https://www.tdg.ch/ledimanche.ch-822696451912

Continue Reading

armeesuisse

« La Sécurité de la Suisse 2022 » : rapport annuel du Service de renseignement de la Confédération

Conférence de presse annuelle du Service de renseignement de la Confédération (SRC), lors de laquelle sera présenté son rapport de situation « La Sécurité de la Suisse 2022 ». Lundi 27 juin 2022 à 10h00

Intervenant: M. Christian Dussey, directeur du SRC

Source : https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/manifestations.event-id-8205.html

Continue Reading

armeesuisse

Pour la majorité des Suisses, la sécurité passe avant la liberté

L’étude Sécurité 2022, de l’Académie militaire et du Center for Security Studies, montre qu’en janvier 2022 la population se sentait en sûreté et avait confiance dans les institutions.

En janvier 2022, soit avant le début de la guerre en Ukraine, 57% des Suisses estimaient que «la sécurité prime sur la liberté (+1 point pourcentage par rapport à 2018) et la portion des personnes qui pensaient le contraire avait enregistré une baisse significative (45%, –9 PP)». Tel est un des résultats de l’étude Sécurité 2022 de l’Académie militaire (ACAMIL) et le Center for Security Studies (CSS), rattachés tous deux à l’EPF de Zurich, annonce ce mardi le Groupement de la défense.

S’appuyant sur une enquête représentative, l’étude s’est également intéressée au degré de confiance que les Suisses accordent aux institutions.

La suite… https://www.20min.ch/fr/story/armeesuisse.ch-382778257900

Continue Reading

Trending